Passer en-tête et de la navigation
Banque des politiques de l'AMC

Des politiques au service de la profession médicale et de la population canadienne


17 notices – page 1 de 2.

Médecins de famille

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9849
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-17
L’Association médicale canadienne fera la promotion du rôle important que jouent les médecins de famille en assurant la viabilité du système de santé par leurs liens avec les patients.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-17
L’Association médicale canadienne fera la promotion du rôle important que jouent les médecins de famille en assurant la viabilité du système de santé par leurs liens avec les patients.
Text
L’Association médicale canadienne fera la promotion du rôle important que jouent les médecins de famille en assurant la viabilité du système de santé par leurs liens avec les patients.
Moins de détails

Initiatives de soins multidisciplinaires

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9863
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-33
L’Association médicale canadienne appuie la création d’initiatives de soins multidisciplinaires comportant un financement et des ressources durables à long terme pour supprimer les obstacles financiers à l’intégration de divers autres professionnels de la santé dans les pratiques médicales.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-33
L’Association médicale canadienne appuie la création d’initiatives de soins multidisciplinaires comportant un financement et des ressources durables à long terme pour supprimer les obstacles financiers à l’intégration de divers autres professionnels de la santé dans les pratiques médicales.
Text
L’Association médicale canadienne appuie la création d’initiatives de soins multidisciplinaires comportant un financement et des ressources durables à long terme pour supprimer les obstacles financiers à l’intégration de divers autres professionnels de la santé dans les pratiques médicales.
Moins de détails

Modèles de rémunération

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9867
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-38
L’Association médicale canadienne demande aux gouvernements de créer des modèles de rémunération, en partenariat avec les associations médicales provinciales et territoriales, pour les cliniciens non médecins qui travaillent sous la supervision d’un médecin.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-38
L’Association médicale canadienne demande aux gouvernements de créer des modèles de rémunération, en partenariat avec les associations médicales provinciales et territoriales, pour les cliniciens non médecins qui travaillent sous la supervision d’un médecin.
Text
L’Association médicale canadienne demande aux gouvernements de créer des modèles de rémunération, en partenariat avec les associations médicales provinciales et territoriales, pour les cliniciens non médecins qui travaillent sous la supervision d’un médecin.
Moins de détails

Données sur les effectifs médicaux

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9868
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Ressources humaines du secteur de la santé
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC10-35
L’Association médicale canadienne collaborera avec les gouvernements, les associations médicales provinciales et territoriales, les sociétés affiliées et associées et d'autres intervenants pour analyser régulièrement les données sur les effectifs médicaux dans le contexte de l’évolution de l’information.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Ressources humaines du secteur de la santé
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC10-35
L’Association médicale canadienne collaborera avec les gouvernements, les associations médicales provinciales et territoriales, les sociétés affiliées et associées et d'autres intervenants pour analyser régulièrement les données sur les effectifs médicaux dans le contexte de l’évolution de l’information.
Text
L’Association médicale canadienne collaborera avec les gouvernements, les associations médicales provinciales et territoriales, les sociétés affiliées et associées et d'autres intervenants pour analyser régulièrement les données sur les effectifs médicaux dans le contexte de l’évolution de l’information.
Moins de détails

Les médecins des régions rurales et éloignées et des projets de recherche en santé

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9887
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Ressources humaines du secteur de la santé
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC10-64
L’Association médicale canadienne, collaborera avec les facultés de médecine, les sociétés affiliées et associées et d’autres intervenants pour appuyer des initiatives, y compris l’accès au financement, visant à améliorer la capacité pour les médecins des régions rurales et éloignées de diriger des projets et des programmes de recherche en santé dans leur région et d’y participer.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Ressources humaines du secteur de la santé
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC10-64
L’Association médicale canadienne, collaborera avec les facultés de médecine, les sociétés affiliées et associées et d’autres intervenants pour appuyer des initiatives, y compris l’accès au financement, visant à améliorer la capacité pour les médecins des régions rurales et éloignées de diriger des projets et des programmes de recherche en santé dans leur région et d’y participer.
Text
L’Association médicale canadienne, collaborera avec les facultés de médecine, les sociétés affiliées et associées et d’autres intervenants pour appuyer des initiatives, y compris l’accès au financement, visant à améliorer la capacité pour les médecins des régions rurales et éloignées de diriger des projets et des programmes de recherche en santé dans leur région et d’y participer.
Moins de détails

L'application de la médecine factuelle

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9893
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC10-70
L’Association médicale canadienne demande à l’Association des facultés de médecine du Canada, aux facultés de médecine, au Collège des médecins de famille du Canada et au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada d’accroître considérablement les efforts déployés pour initier les étudiants en médecine et les médecins résidents à l’application de la médecine factuelle, y compris les analyses systématiques, les guides de pratique, les protocoles de soins et les techniques connexes, afin d’améliorer la qualité, la sécurité et l’efficacité en médecine.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC10-70
L’Association médicale canadienne demande à l’Association des facultés de médecine du Canada, aux facultés de médecine, au Collège des médecins de famille du Canada et au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada d’accroître considérablement les efforts déployés pour initier les étudiants en médecine et les médecins résidents à l’application de la médecine factuelle, y compris les analyses systématiques, les guides de pratique, les protocoles de soins et les techniques connexes, afin d’améliorer la qualité, la sécurité et l’efficacité en médecine.
Text
L’Association médicale canadienne demande à l’Association des facultés de médecine du Canada, aux facultés de médecine, au Collège des médecins de famille du Canada et au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada d’accroître considérablement les efforts déployés pour initier les étudiants en médecine et les médecins résidents à l’application de la médecine factuelle, y compris les analyses systématiques, les guides de pratique, les protocoles de soins et les techniques connexes, afin d’améliorer la qualité, la sécurité et l’efficacité en médecine.
Moins de détails

Activités d’éducation médicale « distribuée » (EMD)

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9894
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-71
L’Association médicale canadienne collaborera avec l’Association canadienne des médecins résidents, la Fédération des étudiantes et des étudiants en médecine du Canada, toutes les autres organisations d’intervenants pertinentes et les gouvernements pour s’attaquer aux défis auxquels font face les médecins résidents qui participent à des activités d’éducation médicale « distribuée » (EMD), particulièrement dans les régions rurales et éloignées.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2017-03-04
Date
2010-08-25
Thèmes
Éthique et professionnalisme médical
Ressources humaines du secteur de la santé
Résolution
GC10-71
L’Association médicale canadienne collaborera avec l’Association canadienne des médecins résidents, la Fédération des étudiantes et des étudiants en médecine du Canada, toutes les autres organisations d’intervenants pertinentes et les gouvernements pour s’attaquer aux défis auxquels font face les médecins résidents qui participent à des activités d’éducation médicale « distribuée » (EMD), particulièrement dans les régions rurales et éloignées.
Text
L’Association médicale canadienne collaborera avec l’Association canadienne des médecins résidents, la Fédération des étudiantes et des étudiants en médecine du Canada, toutes les autres organisations d’intervenants pertinentes et les gouvernements pour s’attaquer aux défis auxquels font face les médecins résidents qui participent à des activités d’éducation médicale « distribuée » (EMD), particulièrement dans les régions rurales et éloignées.
Moins de détails

Témoignage de l'AMC devant le Comité permanent des Finances de la Chambre des communes : Consultations prébudgétaires 2010-2011

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique10018
Date
2010-10-27
Thèmes
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Ressources humaines du secteur de la santé
  1 document  
Type de politique
Mémoires présentés au Parlement
Date
2010-10-27
Thèmes
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Ressources humaines du secteur de la santé
Text
Le mémoire de l'AMC contient sept recommandations visant des besoins pressants du système de santé. Avant de les aborder, je voudrais vous expliquer pourquoi, de mon point de vue, notre système de santé a besoin de l'attention du gouvernement fédéral. Hier, à l'Hôpital d'Ottawa, où je suis médecin-chef : * notre taux d'occupation atteignait 100 pour 100; * 30 des patients qui se sont présentés à l'urgence ont été admis à l'hôpital, mais il nous n'avions un lit que pour 4 d'entre eux; * 10 autres attendent encore sur une civière dans une salle d'examen à l'urgence; * 6 patients ont été admis aux étages où ils reçoivent leurs soins dans le corridor; * 3 chirurgies ont été annulées, ce qui porte à 480 le nombre de chirurgies annulées cette année; * et pendant ce temps, nous avions 158 patients hospitalisés qui attendent un lit dans un établissement de soins de longue durée. De même, à quelques coins de rue d'ici tout comme dans des communautés un peu partout au pays, l'état de santé de nos groupes les plus pauvres et les plus vulnérables est comparable à celui qui prévaut dans des pays dont le PIB atteint à peine une fraction du nôtre, et ce malgré des investissements très importants dans leur santé. Voilà l'expérience qui est la mienne. Les fournisseurs de soins de toutes les catégories sont confrontés tous les jours aux lacunes de notre système de santé. Comme pays, nous pouvons faire mieux, et les Canadiens méritent d'en avoir davantage pour leur argent. Les médecins du Canada réclament un changement transformationnel afin de bâtir un système de santé fondé sur les principes de l'accessibilité, de la grande qualité, de l'efficacité des coûts, de l'imputabilité et de la viabilité. Par de nouvelles efficiences, une meilleure intégration et une intendance solide, les gouvernements peuvent repositionner les soins de santé de façon à en faire un moteur économique, un agent de productivité et un avantage concurrentiel pour le Canada dans le marché mondial d'aujourd'hui. L'Accord sur la santé arrive à échéance en mars 2014 et nous exhortons fortement le gouvernement fédéral à entreprendre dès maintenant des discussions avec les provinces et les territoires sur la façon de transformer notre système de santé pour qu'il réponde aux besoins des patients et soit viable pour l'avenir. La population canadienne doit elle aussi participer à la conversation. Pour aider à positionner le système en vue de ce changement transformationnel, le mémoire de l'AMC fait ressortir un certain nombre d'enjeux sur lesquels le gouvernement fédéral doit se pencher à court terme. Premièrement, notre système a besoin d'investissements dans les ressources humaines de la santé afin de garder les médecins et les infirmières et d'en recruter davantage. Même si nous accueillons favorablement les mesures prévues dans le dernier budget pour augmenter le nombre de postes de résidence, nous exhortons le gouvernement à tenir le reste de sa promesse électorale en investissant encore davantage dans les postes de résidence et à investir aussi dans des programmes de rapatriement des médecins formés au Canada qui vivent à l'étranger. Deuxièmement, nous devons étayer notre infrastructure électronique en santé publique afin qu'elle puisse fournir des soins efficaces et de qualité et soit en mesure de réagir avec plus d'efficacité aux pandémies. Nous recommandons d'investir davantage : * pour améliorer la collecte et l'analyse des données entre les autorités locales de la santé publique et les pratiques de soins primaires; * pour la préparation aux situations d'urgence en santé au niveau local; * pour la création d'une stratégie pancanadienne de réponse à des crises possibles en santé. Troisièmement, il faut aussi intervenir face aux enjeux du vieillissement de notre population. À mesure que les soins continus sortent des hôpitaux pour être dispensés davantage à domicile, dans la communauté ou dans les établissements de soins de longue durée, le fardeau financier est transféré des gouvernements aux particuliers. Nous recommandons que le gouvernement fédéral étudie des options de préfinancement des soins de longue durée - y compris l'assurance privée, les stratégies d'épargne à impôt différé et à impôt prépayé, et l'assurance sociale basée sur les cotisations - pour aider les Canadiens à se préparer à répondre à leurs besoins futurs en soins à domicile et en soins de longue durée. Et, comme une grand part du fardeau des soins continus des personnes âgées est aussi porté par des soignants et des aidants naturels non rémunérés, l'AMC recommande que l'on entreprenne des études pilotes pour explorer des options de crédits d'impôt et(ou) de rémunération directe des aidants naturels pour leur travail, et pour élargir les programmes à l'intention des aidants naturels qui leur donnent un accès garanti à des services de relève en cas d'urgence. Enfin, le gouvernement devrait hausser les plafonds de contribution aux REER et explorer des moyens d'offrir des mécanismes de retraite aux travailleurs autonomes canadiens. Monsieur le président, notre rapport intitulé La transformation des soins de santé au Canada - Des changements réels. Des soins durables, contient un ensemble plus complet de recommandations, notamment les suivantes : accès universel aux médicaments d'ordonnance, plus grande utilisation des technologies de l'information en santé et construction immédiate d'établissements de soins de longue durée. Nous exhortons le Comité à tenir compte dans ses délibérations à la fois de nos recommandations à court terme et notre vision à plus long terme pour la transformation du système de santé du Canada. Je répondrai volontiers à vos questions. Merci.
Documents
Moins de détails

Presentation to The Standing Committee on the Status of Women (contenu anglais)

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique10020
Date
2010-04-19
Thèmes
Ressources humaines du secteur de la santé
  1 document  
Type de politique
Mémoires présentés au Parlement
Date
2010-04-19
Thèmes
Ressources humaines du secteur de la santé
Text
Bonjour. Comme on l'a dit en me présentant, je m'appelle Anne Doig. Tout comme la présidente, je suis médecin de famille. Je prodigue des " services complets " en médecine familiale, ce qui veut dire que je fournis des soins à l'hôpital et dans mon cabinet, y compris des services d'obstétrique. Je pratique à Saskatoon depuis presque 32 ans. It is my pleasure to be here today. As President of the Canadian Medical Association, I represent all physicians, but today, I am proud to represent women participating in what is now a traditional occupation for them, that is, medicine. Joining me today is Dr. Mamta Gautam, a specialist and champion of physician health and well-being. For 20 years, she worked as a psychiatrist treating physicians exclusively in her private practice in Ottawa, and has been hailed as "the Doctor's Doctor." The Association of Universities and Colleges of Canada has reported full-time university enrolment increased by more than 190,000, or 31%, between 2000 and 2006 and now stands at record levels. Full-time male enrolment has passed 350,000 students and full-time female enrolment has passed 460,000. Women account for two-thirds of full-time enrolment growth since 1971, a surge driven by the rapid increase in women's participation in the professions, including medicine. As it stands now, the males outnumber females among practicing physicians by 67%-33%. While there are still more men than women in practice, the percentage of female first-year residents in 2008 was 57%. This is a reversal of the percentage when I graduated, and an increase from 44% fifteen years ago. This means that a significant majority of physicians close to the beginning of their medical careers, are women. Not surprisingly, given those figures, there are many medical disciplines where the proportion of women is much higher than it was even just a few years ago. For instance, in general surgery - long held to be a bastion of male physicians - women comprised 18% of the 1993 first-year residents, compared to 40% in 2008. In 1993, just over half of first-year family medicine residents were women compared to 64% today. However, women medical graduates still tend to choose to pursue residency training in family medicine, pediatrics, and obstetrics/gynecology in greater proportions than their male counterparts. As has always been the case, males continue to have a stronger preference for surgery - 23% compared to 11% of females - although that gap is narrowing. So, the overall numbers of women physicians are increasing as are the percentages of those going into what one might call non-traditional specialties, albeit at a slower rate. The so-called feminization of medicine brings with it several other issues and I will touch on two major ones. First, work-home balance. The rise in the number of women physicians is bringing a positive shift in the way physicians practice and the hours that they keep. Very few of today's young physicians - male or female - are willing to work the long hours that physicians of previous generations did. That said, data from the 2007 National Physician Survey, which included responses from over 18,000 physicians across the country, show that, on average, male doctors still work nearly 54 hours per week, while female doctors work 48 - although many work more than that. These figures do not include time on call, nor time spent on child care or other family responsibilities. Many members of the Committee can empathize with this level of commitment! In contrast, the European Union Work Time Directive has said that the maximum work week must be 48 hours. If Canada were to try to apply that directive to physicians our health care system would grind to a halt. The number of physicians opting to be paid by a means other than pure fee-for-service has dramatically increased. Fee-for-service rewards the doctor financially for seeing more patients. Female physicians typically spend more time in each patient encounter, a trait that is valued by patients but not rewarded by fee-for-service remuneration. The second issue is stress. In spite of their increasing numbers, women in medicine still report higher rates of incidents of intimidation, sexual harassment and abuse than their male colleagues. As well, many female physicians continue to assume primary responsibility for home and family commitments in addition to their practice workload, thus compounding their stress levels. Female physicians are more likely to work flexible hours; flexibility in work schedules has been the method by which female physicians balance their professional and personal lives. Yet, as they take on more and strive to be more flexible that in itself creates more stress as they battle to be "all things to all people". Dans sa politique de 1998 sur la santé et le mieux-être des médecins, l'AMC a reconnu la nécessité de tenir compte des exigences particulières imposées aux femmes médecins et de les atténuer. J'ai apporté avec moi aujourd'hui des exemplaires de ce document à votre intention. Comme je l'ai dit au début, la Dre Gautam, qui m'accompagne aujourd'hui, connaît bien les facteurs de stress que vivent les médecins - les femmes médecin en particulier - et a une grande expérience de leur prise en charge. We will be happy to discuss the participation of women in medicine and to answer questions that you may have. Thank you.
Documents
Moins de détails

Notes pour une allocution du Dr Peter Barrett, résident sortant, Association médicale canadienne : Audiences publiques au sujet de la réforme des soins primaires : Mémoire au Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique2011
Dernière révision
2020-02-29
Date
2002-05-22
Thèmes
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Ressources humaines du secteur de la santé
  1 document  
Type de politique
Mémoires présentés au Parlement
Dernière révision
2020-02-29
Date
2002-05-22
Thèmes
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Ressources humaines du secteur de la santé
Text
Au nom des 53 000 médecins membres de l’AMC, nous vous remercions de nous permettre de vous présenter nos opinions sur la question de la réforme des soins primaires et sur les recommandations de votre rapport d’avril 2002. Je suis très heureux d’être accompagné aujourd’hui de ma collègue de l’AMC, le Dr Susan Hutchison, présidente de notre Forum des omnipraticiens, ainsi que du Dr Kenneth Sky et du Dr Elliot Halparin, de l’Association médicale de l’Ontario. Avant de présenter les recommandations de l’AMC, je crois qu’il est important d’apporter quelques précisions à propos des soins primaires : * Tout d’abord, le Canada a l’un des meilleurs systèmes de soins primaires au monde. (Pour le savoir, il suffit de le demander à la population. Notre Bulletin de 2001 sur le système de santé a en effet révélé que 60 % des Canadiens croient que nous avons l'un des meilleurs systèmes de santé au monde, et lui ont attribué une cote élevée à la fois pour la qualité et pour l'accessibilité.) * Deuxièmement, la réforme des soins primaires n’est pas une panacée aux nombreux problèmes de l’assurance-maladie. * Enfin, les soins primaires et les soins spécialisés sont inextricablement liés. Je veux développer un peu ce dernier point parce que je crois que c’est un facteur important. On a tendance à séparer les soins médicaux en deux catégories : les soins primaires et les soins spécialisés. Or, il importe de reconnaître que les soins médicaux et les soins de santé réunissent un vaste éventail de services, allant de la prévention de première ligne jusqu'aux soins quaternaires super-spécialisés. Les soins primaires et les soins spécialisés sont si critiquement interdépendants que nous devons adopter une démarche intégrée au soin des patients. Cela dit, en ce qui concerne les recommandations de l’AMC sur la mise en œuvre de changements à la prestation des soins primaires, nous croyons que le gouvernement doit respecter les quatre prémisses directrices suivantes : 1. Tous les Canadiens doivent avoir accès à un médecin de famille. 2. Afin de garantir des soins complets et intégrés, le médecin de famille doit demeurer le prestateur et le coordonnateur central de l’accès opportun aux services médicaux financés par l’État. 3. Il n'existe pas de modèle unique qui soit capable de répondre aux besoins en soins primaires de toutes les communautés dans toutes les régions du pays. 4. Les champs de pratique doivent être établis de façon à défendre les intérêts des patients et de la population en toute sécurité, efficacité et compétence. L’accès aux médecins de famille On ne pourra renouveler avec succès le processus de prestation des soins primaires sans régler les problèmes de pénurie de médecins de famille et d’omnipraticiens. Les effets du vieillissement de la population de praticiens, des changements de mode de vie et de productivité, de même que de la baisse de popularité de la médecine familiale comme choix de carrière parmi les diplômés de facultés de médecine ont une incidence sur l’offre de médecins de famille. Le médecin comme coordonnateur central Même si les équipes pluridisciplinaires permettent la prestation d’un plus vaste éventail de services pour répondre aux besoins des patients dans le domaine de la santé, il est aussi évident que pour la plupart des Canadiens, l’accès à un médecin de famille comme prestateur central de tous les soins médicaux primaires constitue une valeur essentielle. Comme l’a indiqué le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) dans le mémoire présenté à la Commission royale sur l’avenir des soins de santé au Canada, la recherche montre que le médecin de famille est la première ressource que plus de 90 % des Canadiens consultent dans le système de santé. Le CMFC a aussi signalé qu’un récent sondage d’opinions Décima réalisé pour le compte du Collège des médecins de famille de l’Ontario a révélé que 94 % des gens pensent qu’il est important d’avoir accès à un médecin de famille pour assurer la prestation de la plupart des soins et coordonner les soins qu’offrent les autres intervenants. i Comme coordonnateur central des services médicaux, le médecin de famille veille à l’utilisation efficiente et efficace des ressources du système, car il constitue un guichet unique d'accès au système de santé. La continuité des soins est ainsi facilitée, puisque le médecin de famille a généralement établi une relation continue avec ses patients, ce qui lui permet de les orienter à l’intérieur du système de façon à ce qu’ils reçoivent les soins nécessaires du prestateur approprié. Il n’existe pas un modèle unique de réforme Depuis quelques années, plusieurs rapports de commissions et groupes de travail gouvernementaux, y compris le rapport du Comité, ont préconisé la réforme des soins primaires. Les thèmes communs qui en sont ressortis comprennent la prestation de services 24 heures par jour, sept jours par semaine, des solutions de rechange à la rémunération à l’acte des médecins, les infirmières praticiennes et la promotion de la santé et la prévention des maladies. Les gouvernements d’un bout à l’autre du pays ont lancé des projets pilotes pour mettre à l’essai divers modèles de prestation des soins primaires. Il est crucial que ces projets fassent l’objet d’une évaluation avant qu’ils ne soient adoptés à plus grande échelle. En outre, nous devons tenir compte de la grande diversité des régions du pays et de la nécessité de desservir aussi bien les communautés rurales les plus isolées que les communautés les plus urbaines des grandes villes disposant de centres perfectionnés de sciences médicales. Les champs de pratique Il y a un mythe qui prédomine, soit que les médecins sont un obstacle aux changements. En réalité, ce sont plus souvent qu’autrement les médecins qui ont piloté les changements progressifs instaurés dans le système de santé. Les médecins du Canada sont disposés à travailler en équipe et l’AMC a adopté une politique sur  «Les champs de pratique» qui appuie clairement la collaboration et la coopération. L’Association des infirmières et infirmiers du Canada et l’Association des pharmaciens du Canada ont donné leur accord de principe à cette politique. Compte tenu de la complexité croissante des soins, de la croissance exponentielle des connaissances et de la plus grande importance attachée à la promotion de la santé et à la prévention des maladies, la prestation des soins primaires reposera de plus en plus sur des équipes pluridisciplinaires. Il s’agit d’une évolution positive. Cependant, quoique souhaitable, l’élargissement de l’équipe de prestation des soins primaires pour y joindre des infirmières, des pharmaciens, des diététistes et d’autres intervenants occasionnera une augmentation, et non pas une réduction, des coûts que le système doit supporter. Nous devons donc changer notre façon de réfléchir à la réforme des soins primaires. Nous devons la voir comme un investissement. Il ne faut pas y voir une façon d’économiser, mais une façon plus rentable de répondre aux besoins émergents des Canadiens. Conclusion En terminant, il est certain que la prestation des soins primaires doit évoluer pour continuer de répondre aux besoins des Canadiens. Nous sommes toutefois d’avis qu’il faut améliorer un bon système et non le réformer de fond en comble. Merci. i Collège des médecins de famille du Canada. Façonner l’avenir des soins de santé : Mémoire présenté à la Commission sur l’avenir des soins de santé au Canada. Ottawa : CMFC; le 25 octobre 2001.
Documents
Moins de détails

17 notices – page 1 de 2.