Passer en-tête et de la navigation
Banque des politiques de l'AMC

Des politiques au service de la profession médicale et de la population canadienne


22 notices – page 1 de 3.

L'abus de drogues

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9238
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-70
L'Association médicale canadienne et les associations médicales provinciales et territoriales demandent aux gouvernements de travailler en étroite collaboration avec les intervenants du secteur de la santé pour inclure de l'information sur les nouvelles substances psychoactives lors des activités de prévention afin d'éviter des ravages dans les provinces canadiennes.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-70
L'Association médicale canadienne et les associations médicales provinciales et territoriales demandent aux gouvernements de travailler en étroite collaboration avec les intervenants du secteur de la santé pour inclure de l'information sur les nouvelles substances psychoactives lors des activités de prévention afin d'éviter des ravages dans les provinces canadiennes.
Text
L'Association médicale canadienne et les associations médicales provinciales et territoriales demandent aux gouvernements de travailler en étroite collaboration avec les intervenants du secteur de la santé pour inclure de l'information sur les nouvelles substances psychoactives lors des activités de prévention afin d'éviter des ravages dans les provinces canadiennes.
Moins de détails

Les adjoints au médecin

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9243
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Résolution
GC08-75
L'Association médicale canadienne collaborera avec l'Association canadienne des adjoints au médecin (AM) et les intervenants compétents pour établir un mécanisme national d'agrément et d'attribution du permis d'exercice garantissant la compétence des AM et la transférabilité de leur permis d'exercice au Canada.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Résolution
GC08-75
L'Association médicale canadienne collaborera avec l'Association canadienne des adjoints au médecin (AM) et les intervenants compétents pour établir un mécanisme national d'agrément et d'attribution du permis d'exercice garantissant la compétence des AM et la transférabilité de leur permis d'exercice au Canada.
Text
L'Association médicale canadienne collaborera avec l'Association canadienne des adjoints au médecin (AM) et les intervenants compétents pour établir un mécanisme national d'agrément et d'attribution du permis d'exercice garantissant la compétence des AM et la transférabilité de leur permis d'exercice au Canada.
Moins de détails

Les Autochtones et les maladies mentales

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9210
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Pratique et rémunération des médecins; formulaires
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-21
L’Association médicale canadienne exhorte les facultés de médecine canadiennes à intégrer dans leurs programmes d’étude du contenu traitant des effets néfastes de l’attribution de stéréotypes négatifs aux Autochtones qui souffrent de maladies mentales et de toxicomanies.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Pratique et rémunération des médecins; formulaires
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-21
L’Association médicale canadienne exhorte les facultés de médecine canadiennes à intégrer dans leurs programmes d’étude du contenu traitant des effets néfastes de l’attribution de stéréotypes négatifs aux Autochtones qui souffrent de maladies mentales et de toxicomanies.
Text
L’Association médicale canadienne exhorte les facultés de médecine canadiennes à intégrer dans leurs programmes d’étude du contenu traitant des effets néfastes de l’attribution de stéréotypes négatifs aux Autochtones qui souffrent de maladies mentales et de toxicomanies.
Moins de détails

L'exposition à la pollution atmosphérique

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9253
Dernière révision
2015-02-28
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Résolution
GC08-83
L'Association médicale canadienne exhorte le gouvernement fédéral à appuyer la recherche afin de comprendre le lien entre l'exposition à la pollution atmosphérique au cours de la petite enfance et ses effets à long terme sur la santé.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2015-02-28
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Résolution
GC08-83
L'Association médicale canadienne exhorte le gouvernement fédéral à appuyer la recherche afin de comprendre le lien entre l'exposition à la pollution atmosphérique au cours de la petite enfance et ses effets à long terme sur la santé.
Text
L'Association médicale canadienne exhorte le gouvernement fédéral à appuyer la recherche afin de comprendre le lien entre l'exposition à la pollution atmosphérique au cours de la petite enfance et ses effets à long terme sur la santé.
Moins de détails

Financement axé sur les patients

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9233
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-53
L'Association médicale canadienne reconnaît que tout modèle de financement axé sur les patients devrait comporter un incitatif pour fournir un accès en temps opportun aux services situés près du domicile du patient afin de réduire au minimum les augmentations des frais de déplacement pour raison médicale.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-53
L'Association médicale canadienne reconnaît que tout modèle de financement axé sur les patients devrait comporter un incitatif pour fournir un accès en temps opportun aux services situés près du domicile du patient afin de réduire au minimum les augmentations des frais de déplacement pour raison médicale.
Text
L'Association médicale canadienne reconnaît que tout modèle de financement axé sur les patients devrait comporter un incitatif pour fournir un accès en temps opportun aux services situés près du domicile du patient afin de réduire au minimum les augmentations des frais de déplacement pour raison médicale.
Moins de détails

Les Lignes directrices nationales sur la divulgation de l’Institut canadien pour la sécurité des patients

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9337
Dernière révision
2015-02-28
Date
2008-05-27
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Résolution
BD08-05-167
L’Association médicale canadienne entérine les Lignes directrices nationales relatives à la divulgation de l’Institut canadien pour la sécurité des patients.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2015-02-28
Date
2008-05-27
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Résolution
BD08-05-167
L’Association médicale canadienne entérine les Lignes directrices nationales relatives à la divulgation de l’Institut canadien pour la sécurité des patients.
Text
L’Association médicale canadienne entérine les Lignes directrices nationales relatives à la divulgation de l’Institut canadien pour la sécurité des patients.
Moins de détails

Les lits de soins actifs

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9224
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-43
L'Association médicale canadienne et les associations médicales provinciales et territoriales collaboreront avec les gouvernements afin de mettre en œuvre des principes transparents et publics sur l'offre et la gestion efficace de lits de soins actifs fonctionnels.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Systèmes de santé; financement et rendement du système
Résolution
GC08-43
L'Association médicale canadienne et les associations médicales provinciales et territoriales collaboreront avec les gouvernements afin de mettre en œuvre des principes transparents et publics sur l'offre et la gestion efficace de lits de soins actifs fonctionnels.
Text
L'Association médicale canadienne et les associations médicales provinciales et territoriales collaboreront avec les gouvernements afin de mettre en œuvre des principes transparents et publics sur l'offre et la gestion efficace de lits de soins actifs fonctionnels.
Moins de détails

Lutte contre le tabac (mise à jour 2008)

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9133
Dernière révision
2019-03-03
Date
2008-05-27
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
  1 document  
Type de politique
Documents de politique
Dernière révision
2019-03-03
Date
2008-05-27
Remplace
Réglementation du tabac ( 2001)
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Text
Lutte contre le tabac (mise à jour 2008) Le tabac est un produit toxicomanogène et dangereux, et la principale cause de maladies et de décès évitables au Canada. Les médecins du Canada, qui voient chaque jour dans leur cabinet les effets dévastateurs du tabagisme, travaillent depuis des décennies pour un Canada sans fumée. En 1954, l'AMC a publié son premier avertissement public sur les dangers du tabac et elle continue depuis ce temps à demander contre le tabac les mesures de lutte les plus rigoureuses possible. On estime que le tabagisme cause jusqu'à 37 000 décès par année. Le tabac impose à la société un lourd fardeau sous forme de soins hospitaliers, d'incapacité, d'absentéisme et de perte de productivité. Santé Canada estime que le tabagisme coûte à ce pays 17 milliards de dollars dont 4,4 milliards de dollars en coût directs de soins de santé. Depuis 2001, le taux de tabagisme au Canada a chuté, passant de 25 % à moins de 20 %; la diminution a été particulièrement spectaculaire chez les jeunes. On attribue cette chute principalement à une stratégie globale de lutte contre le tabac comportant une diversité d'interventions, dont les prix et les taxes élevés, l'interdiction du tabac dans tous les endroits publics, les restrictions sur la publicité et sur la promotion des produits du tabac et les programmes de marketing social visant à dénormaliser le tabagisme et l'industrie du tabac. Même si on doit féliciter le Canada pour son succès, il doit maintenir un environnement qui encourage les Canadiens à vivre sans fumée s'il veut conserver et améliorer ces taux. Pour garantir un tel environnement, l'AMC croit que tous les gouvernements au Canada devraient continuer à mettre en place une stratégie intégrée, coordonnée et efficace de lutte contre le tabac qui inclurait les éléments énoncés ci-dessous. Législation et réglementation L'AMC appuie une rigoureuse législation intégrée de lutte contre le tabac, adoptée et mise en application par tous les paliers de gouvernement. Beaucoup de lois et de règlements sévères ont déjà été adoptés, mais il reste des secteurs à aborder. L'AMC recommande que les gouvernements canadiens adoptent les mesures suivantes pour renforcer la lutte contre le tabagisme. Publicité et promotion - L'AMC appuie une interdiction globale formelle de toute publicité et promotion des produits du tabac. En 2007, la Cour suprême du Canada a décidé qu'une telle interdiction est constitutionnelle. Actuellement, le Canada permet une publicité limitée des produits du tabac, et il doit adopter une interdiction complète s'il souhaite se conformer aux termes de la " Convention-cadre pour la lutte anti-tabac " (CCLAT) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), dont il est signataire. Afin que les interdictions sur la promotion actuelle soient complètes, le Canada doit adopter : - une interdiction de vente des produits qui ne sont pas des produits du tabac mais qui affichent les noms, logos ou couleurs d'une marque de tabac; - une interdiction nationale de mettre à la vue les produits du tabac dans les points de vente, comme on l'a fait dans quelques provinces; - une interdiction de tout marketing de marques de tabac associé à des événements sportifs, culturels ou autres; de plus, l'AMC recommande qu'on interdise à l'industrie du tabac d'utiliser des concours ou événements similaires comme activités promotionnelles; et - une interdiction de publicité transfrontalière des produits du tabac. Les fabricants de tabac utilisent fréquemment des messages publicitaires subtils auprès des jeunes pour rendre le tabagisme attrayant et populaire. L'AMC appuie les initiatives de relations publiques et éducationnelles qui s'opposent à ces messages. Par exemple, les systèmes de classification des films devraient restreindre aux enfants et aux adolescents l'accès aux films dans lesquels on fume et on montre des produits du tabac. Descripteurs et emballage - L'AMC appuie l'abolition des appellations "léger" et "doux" pour décrire les produits du tabac à teneur réduite en goudron, car rien ne prouve que les cigarettes à faible teneur en goudron soient moins nocives pour la santé des fumeurs. Une façon d'annuler le risque d'un étiquetage trompeur est d'exiger que les produits du tabacs soient vendus dans des emballages banalisés - le Canada a été l'un des premiers pays à envisager cette mesure dans les années 1980. Ces emballages devraient afficher en évidence des avertissements simples et percutants sur la santé, comme les avertissements en image proposés pour la première fois par le Canada, de même que des conseils pour l'abandon du tabac et des renseignements sur le contenu du produit et les risques pour la santé. Il devrait y avoir un paquet de grosseur minimale pour tous les produits du tabac afin d'éviter les mini­paquets de cigares ou de cigarillos vendus à l'unité auprès des jeunes. Accès - L'AMC recommande d'appuyer rigoureusement les règlements en vigueur sur la vente de produits du tabac aux mineurs et d'imposer des amendes importantes aux contrevenants. Les restrictions sur l'achat des produits du tabac devraient viser les Canadiens de tous âges. Outre un appui des interdictions actuelles concernant les étalages libre-service et les distributrices de cigarettes, l'AMC recommande de renforcer le mécanisme de délivrance de permis pour limiter le nombre d'endroits où l'on peut acheter des produits du tabac. Plus on restreindra la disponibilité des produits du tabac, plus il sera facile de les contrôler. Réglementation du produit - L'AMC félicite le gouvernement du Canada d'avoir exigé que les produits du tabac soient modifiés de façon à réduire leur risque de provoquer des incendies. En outre, l'AMC recommande que le gouvernement fédéral limite le contenu des ingrédients toxiques comme le goudron, la nicotine et le monoxyde de carbone dans les cigarettes et qu'il abaisse graduellement ces plafonds. Le gouvernement et l'industrie devraient envisager de modifier les produits du tabac de façon à protéger contre les risques d'incendie en mettant au point, par exemple, des cigarettes auto-extinguibles. Le gouvernement fédéral devrait exercer son pouvoir législatif de réglementer le contenu des produits du tabac. L'AMC recommande qu'un organisme de recherche indépendant étudie et évalue toute modification apportée aux produits par l'industrie du tabac. Mesures de dissuasion financière - La réglementation des prix est un des moyens les plus efficaces de décourager le tabagisme, surtout chez les jeunes : on a établi un lien entre une hausse de 10 % des prix des cigarettes et une baisse de 14 % du tabagisme chez les adolescents. L'AMC appuie des prix et des taxes élevés sur les produits du tabac et recommande que les gouvernements haussent progressivement les taxes comme moyen de freiner le tabagisme. Toutes les taxes recueillies sur les produits du tabac devraient être acheminées aux soins de santé pour les Canadiens, incluant les programmes favorisant l'abandon de la cigarette. La vente du tabac de contrebande est devenue un problème majeur ces dernières années. Pour freiner la contrebande de cigarettes moins coûteuses, l'AMC recommande que le gouvernement fédéral s'entende avec d'autres pays pour garantir une harmonisation des prix du tabac d'un pays à l'autre. De plus, tous les paliers de gouvernement devraient adopter les mesures les plus rigoureuses possible pour contrôler la vente et la distribution de produits du tabac de contrebande, dans leur propre territoire et en collaboration avec d'autres secteurs touchés. Programmes durables - La mise en application efficace d'un programme global de lutte contre le tabac nécessite un engagement continu de tous les paliers de gouvernement. L'AMC demande aux gouvernements de s'engager à mettre en place des programmes durables, bien financés et intégrés pour freiner le tabagisme, en combinant des interventions au niveau des politiques avec des interventions de marketing social et éducationnelles dont des campagnes d'information dans les médias. Ces programmes devraient refléter les pratiques exemplaires et on devrait évaluer régulièrement leur efficacité et leur incidence. Appui à une lutte globale contre le tabac - Des mesures efficaces de lutte contre le tabac telles que celles décrites ci-dessus ne s'imposent pas uniquement au Canada, mais partout dans le monde, particulièrement dans les pays en développement où les multinationales du tabac font une publicité énergique pour compenser leur manque à gagner sur les marchés occidentaux. Le Canada a été l'un des premiers pays à ratifier la CCLAT de l'OMS; l'AMC a félicité le gouvernement du Canada pour son leadership et espère qu'il continuera à l'exercer en mettant en œuvre tous les éléments de la CCLAT et en fournissant un soutien financier pour une mise en œuvre globale. Réduction du tabagisme dans les populations à risque élevé La stratégie de lutte contre le tabagisme recommandée ci-dessus nécessite des outils axés sur les populations, qui ont démontré leur efficacité à répondre à une épidémie qui touche dans une certaine mesure tous les Canadiens. On devrait ajouter des mesures qui rejoignent les populations à risque élevé ou difficiles à joindre, comme les suivantes. Les jeunes - La plupart des fumeurs actuels du Canada ont commencé à fumer avant d'atteindre 17 ans et beaucoup avaient moins de 12 ans. Le tabac à chiquer devient de plus de plus populaire chez les jeunes, ce qui aggrave le risque déjà considérable qu'ils deviennent prédisposés à la cigarette. Les jeunes sont particulièrement vulnérables à la pression des pairs et aux tactiques de marketing de l'industrie du tabac. L'AMC soutient les programmes continus de promotion de la santé et de marketing social abordant les points suivants : les raisons pour lesquelles les jeunes utilisent les produits du tabac, la prévention qui incite à ne pas commencer à fumer et qui favorise l'abandon des produits du tabac, et la sensibilisation aux tactiques de marketing de l'industrie du tabac afin qu'ils puissent les reconnaître et y réagir. Ces programmes devraient être continuellement disponibles dans les écoles et devraient commencer le plus tôt possible au primaire. L'AMC recommande aussi que les gouvernements provinciaux, territoriaux et municipaux interdisent les produits du tabac à l'école et sur les campus postsecondaires, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Les autochtones - Le tabac a une signification cérémoniale chez les Premières nations : le préjudice lié au tabac découle non pas de son utilisation à des fins cérémoniales, mais de son abus quotidien et répété. On estime que presque 60 % des Autochtones fument. L'application des politiques de contrôle du tabac, notamment l'interdiction de fumer dans les endroits publics et la vente aux mineurs, peuvent manquer de rigueur dans les réserves. L'AMC recommande que les gouvernements travaillent avec les chefs autochtones pour élaborer des programmes significatifs et bien financés pour freiner le tabagisme dans les réserves et pour mettre en place dans les communautés des Premières nations des politiques de lutte contre le tabac selon les normes de la CCLAT. Autres populations à risque - Certaines populations, comme les femmes enceintes, peuvent être particulièrement à risque à cause du tabagisme. D'autres, comme les personnes à faible revenu, ont des taux de tabagisme plus élevés que l'ensemble de la population canadienne et n'ont peut-être pas vraiment bénéficié des programmes actuels de lutte contre le tabac. Des interventions devraient s'appliquer spécifiquement à ces groupes cibles et ajouter des programmes plutôt que de remplacer ceux qui visent la population générale. Elles devraient répondre aux préoccupations des groupes cibles en respectant leur culture et devraient être conçues en tenant compte de leur point de vue. Contrôle de la fumée de tabac ambiante La fumée de tabac environnementale ou fumée secondaire est un danger réel pour la santé particulièrement pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes atteintes de problèmes respiratoires. La presque totalité des provinces et territoires et le gouvernement fédéral ont adopté une législation interdisant la fumée dans les endroits publics et les lieux de travail. L'AMC a toujours appuyé ces mesures; en 2003, nous nous sommes engagés à tenir des réunions annuelles uniquement dans les endroits où la législation garantissait une interdiction totale de fumer dans les lieux publics intérieurs. L'AMC encourage tous les fumeurs à confiner leur usage du tabac aux endroits où ils ne mettront pas en danger la santé d'autrui, et elle encourage particulièrement les Canadiens à garder leur foyer et leurs automobiles sans fumée. Dans toutes les provinces et tous les territoires, il faudrait s'efforcer de bannir la fumée de cigarette dans les automobiles où prennent place des enfants et dans les autres lieux, comme les garderies, où la fumée secondaire peut mettre en danger des non-fumeurs. Imputabilité de l'industrie du tabac Des documents internes de l'industrie ont révélé que les fabricants de tabac connaissaient depuis nombre d'années les dangers et la nature toxicomanogène de leurs produits, mais qu'ils ont continuellement retenu cette information et trompé le public dans leur promotion. L'AMC recommande que le gouvernement fédéral amorce un examen transparent des pratiques de l'industrie du tabac et surveille minutieusement ses activités. L'AMC encourage aussi les initiatives visant à sensibiliser le public aux activités mensongères de l'industrie. L'industrie du tabac a tenté de diverses façons de se présenter comme une industrie consciente de ses responsabilités sociales, et l'AMC presse les Canadiens d'être conscients de ces gestes intéressés. Depuis 2004, l'AMC a exhorté l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada à se dessaisir de ses avoirs dans l'industrie du tabac. Récemment, l'industrie du tabac a tenté de se positionner de façon légitime en recherche en établissant des partenariats avec des centres universitaires ou en parrainant des activités de recherche. L'AMC s'oppose à l'engagement et au parrainage par l'industrie du tabac d'activités d'éducation et de recherche dans les universités, les collèges et les établissements de recherche médicale, et elle recommande que les écoles médicales canadiennes adoptent toutes des politiques interdisant les dons et(ou) les bourses provenant de l'industrie du tabac. L'AMC prône l'élimination des industries canadiennes de culture du tabac et de fabrication de produits du tabac et déplore la fabrication au pays de produits du tabac pour l'exportation. L'AMC appuie les exigences rigoureuses de contrôle de l'industrie du tabac portant sur tous les aspects de la fabrication, de la distribution et de la vente; cette information devrait être rendue publique régulièrement. L'AMC appuie aussi en principe les efforts qui visent à obliger l'industrie du tabac à rendre compte devant la loi des coûts des soins de santé attribuables au tabagisme. Tous les règlements provenant de poursuites en justice devraient être utilisés spécifiquement pour les soins de santé (incluant les programmes de contrôle du tabac) et ne pas servir à d'autres fins. Aider les patients à vivre sans fumée L'AMC est d'avis que le secteur des soins de santé devrait agir de façon décisive afin de prévenir et de réduire le tabagisme. Il devrait être interdit de fumer dans les établissements de soins de santé. Les pharmacies ne devraient pas vendre de produits du tabac et les provinces et les territoires qui n'ont pas encore interdit la vente des produits du tabac dans les pharmacies et les autres établissements de soins de santé sont exhortés à le faire. Il est interdit de fumer à l'AMC et dans toutes ses activités officielles et sociales. L'Association refuse depuis longtemps par principe la publicité de fabricants de produits du tabac dans toutes ses publications et refuse d'acheter et de garder leurs actions dans les portefeuilles de placement de ses membres. L'AMC recommande que les quelques médecins encore fumeurs deviennent des non-fumeurs. Les médecins devraient s'abstenir d'avoir des magazines qui font la publicité du tabac, et ils devraient refuser d'investir dans l'industrie du tabac. Un des plus importants services qu'un professionnel de la santé puisse offrir aux patients est de les aider à vivre sans fumée. Même un simple entretien avec un professionnel de la santé sur les dangers de la cigarette et l'importance d'abandonner le tabagisme est une méthode rentable de lutte contre le tabac. Les médecins et les autres professionnels de la santé peuvent freiner le tabagisme en intervenant systématiquement dans leur cabinet contre le tabagisme, ce qui peut inclure : - conseiller régulièrement aux enfants et aux jeunes de s'abstenir de commencer à fumer ou à chiquer du tabac; - profiter des "fenêtres de réceptivité à l'éducation", comme la grossesse ou une maladie respiratoire, afin d'insister auprès des fumeurs pour qu'ils cessent de fumer; - demander à chaque patient s'il fume et s'il est prêt à changer; et - offrir des soins personnalisés aux fumeurs, ce qui peut inclure leur fixer une date cible pour cesser de fumer et leur offrir des conseils sur leur comportement et une pharmacothérapie. L'AMC recommande de reconnaître les interventions cliniques anti-tabac comme élément essentiel des soins médicaux et service médical de base. La pharmacothérapie a fait ses preuves comme moyen efficace d'abandon du tabac, et il faudrait la rendre abordable pour les patients qui en ont besoin. L'AMC a joué un rôle actif en mettant au point et en diffusant des ressources anti-tabac aux médecins, aux membres du personnel de leur cabinet et à leurs patients. En 2001, l'AMC et huit autres associations professionnelles du secteur de la santé ont publié une déclaration conjointe affirmant que l'intervention des professionnels de la santé est vitale dans le counselling des patients. À partir de ces recommandations et de son travail antérieur, l'AMC continuera son travail avec d'autres intervenants pour atteindre l'objectif d'un Canada sans fumée.
Documents
Moins de détails

Mémoire présenté au Sous-comité sénatorial sur la santé des populations

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9182
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-05-28
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
  1 document  
Type de politique
Mémoires présentés au Parlement
Dernière révision
2020-02-29
Date
2008-05-28
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Text
Au nom de l'AMC, je vous remercie de nous donner l'occasion de prendre la parole devant vous aujourd'hui et je félicite le Sous-comité de se concentrer sur la question critique de la santé des enfants. Mon propos aujourd'hui portera sur trois aspects : 1. ce que l'AMC a fait et prévoit faire dans le domaine de la santé des enfants; 2. la raison pour laquelle l'AMC a choisi de se concentrer en priorité sur les premières années de la vie; 3. les interventions recommandées au Sous-comité et au gouvernement en matière de santé des enfants. Le rôle de l'AMC et les prochaines étapes Les médecins sont trop souvent témoins des effets néfastes de la mauvaise santé chez les enfants. Nous sommes convaincus que tous les enfants devraient bénéficier du meilleur départ possible dans la vie, ce qui comprend la possibilité de grandir et de se développer dans un environnement sécuritaire favorable et d'avoir accès aux services de santé nécessaires. L'AMC a été fière de participer à l'Initiative sur la santé des enfants (ISE), alliance entre l'AMC, la Société canadienne de pédiatrie (SCP) et le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), qui a exercé des pressions en faveur de l'amélioration de la santé des enfants et du développement d'objectifs en matière de santé des enfants. L'ISE a tenu l'an dernier un Sommet sur la santé des enfants et des jeunes dont une des principales réalisations a été la production d'une Charte de la santé des enfants et des jeunes qui repose sur trois principes : * un environnement sécuritaire et protégé; * une bonne santé et un bon développement; * un éventail complet de ressources de santé disponibles pour tous. La Charte affirme que tous les enfants devraient bénéficier de la propreté de l'eau, de l'air et du sol, être protégés contre les blessures et de l'exploitation, et bénéficier de soins prénataux et maternels pour être en meilleure santé possible à la naissance. La Charte reconnaît en outre que les enfants doivent bénéficier d'une bonne nutrition pour une croissance saine et une bonne santé à long terme, de possibilités d'apprentissage et de soins de grande qualité pendant les premières années, à domicile et dans la communauté, et de soins de santé de base, y compris l'immunisation, les médicaments et les soins de santé mentale et dentaire. Les délégués au Sommet ont aussi approuvé la Déclaration sur la santé des enfants et le Défi santé des enfants et des jeunes, appel à l'action visant à faire de la Charte une réalité. Pour ce qui est de l'avenir, l'AMC consacrera beaucoup de temps et d'efforts à l'élaboration d'une politique sur les premières années de la vie, soit de la naissance à cinq ans. À cette fin, l'AMC parrainera une Séance stratégique et de consultation d'experts en santé des enfants les 5 et 6 juin 2008. Cette consultation vise à créer un document de discussion pour : * tout d'abord, déterminer comment l'AMC peut aider les médecins à améliorer la santé des enfants de moins de cinq ans; et deuxièmement, * cerner les principaux déterminants de la santé des enfants durant leurs premières années, fixer des objectifs et recommander des façons d'optimiser l'état de santé des enfants de moins de cinq ans. Ce document éclairera une table ronde d'experts en santé des enfants qui se tiendra au cours de l'automne 2008 et pendant laquelle nous espérons produire un rapport final sur les principaux déterminants de la santé des enfants au cours des premières années de la vie. Nous espérons être invités de nouveau à prendre alors la parole devant le Sous-comité pour présenter ce rapport et discuter de nos conclusions et de nos recommandations. Pourquoi les premières années de la vie? L'AMC se concentre sur les premières années de la vie, de la naissance à cinq ans, car elles sont les plus critiques pour les enfants et que les médecins du Canada sont peut-être les mieux placés pour faire une différence. Des recherches récentes sur le développement humain indiquent que la période de la conception à six ans a l'effet le plus important de tout le cycle de vie sur le développement du cerveau. Nous savons en outre tous très bien que le Canada peut et doit faire mieux, comparativement à d'autres pays de l'OCDE, sur le plan de nombreux aspects clés comme la mortalité infantile, les traumatismes et la pauvreté. Nous savons aussi que : * le dépistage précoce des maladies héréditaires ou congénitales doit se faire entre zéro et cinq ans pour que l'on puisse intervenir efficacement; * les voies cérébrales et biologiques au cours de la période prénatale et des premières années ont une incidence sur la santé physique et mentale au cours de l'âge adulte. Les médecins sont bien placés pour définir et optimiser certaines conditions de la croissance et du développement en santé de tous les enfants et déterminer et prescrire des interventions efficaces en cas d'expériences indésirables au cours de l'enfance afin d'améliorer l'évolution de l'état de santé à l'âge adulte. Recommandations L'AMC est d'avis qu'il y a de nombreuses choses que le gouvernement pourrait faire aujourd'hui dans le domaine de la santé des enfants. Tout d'abord, le Canada ne devrait pas venir en queue de peloton des pays industrialisés sur le plan des dépenses en pourcentage du PIB consacrées aux programmes et au développement de la petite enfance. Il est essentiel d'investir dans le développement au cours des premières années afin d'optimiser le début dans la vie pour permettre aux enfants de vivre en santé physique, mentale et sociale. Deuxièmement, nous devons améliorer notre surveillance afin de mieux suivre de près les changements apportés à la santé des enfants parce qu'il est impossible de gérer ce que nous ne pouvons pas mesurer. C'est pourquoi l'AMC recommande la création d'un Bulletin annuel sur la santé des enfants au Canada. Troisièmement, près d'un enfant sur six vit dans la pauvreté au Canada. Cette situation peut avoir une incidence sur la croissance et le développement des enfants, sur leur santé physique et mentale et, en bout de ligne, sur leur capacité de réussir à l'adolescence et à l'âge adulte. Les gouvernements peuvent et doivent faire plus à cet égard. Enfin, le Rapport Leitch publié récemment contient de nombreuses recommandations portant sur des aspects comme la prévention des blessures, les vulnérabilités à l'environnement, la nutrition, les autochtones et la santé mentale. L'AMC appuie fermement ces recommandations et exhorte le Sous-comité à les étudier. Il y a toutefois deux recommandations du Rapport Leitch auxquelles l'AMC croit que le gouvernement peut et doit donner suite sur-le-champ, soit la création d'un bureau national de la santé des enfants et l'instauration d'une stratégie pancanadienne sur la santé des enfants. Conclusion En terminant, l'AMC appuie fermement le travail du Sous-comité et sa convergence sur la santé des enfants. Comme je l'ai déjà dit, nous espérons revenir vous voir cet automne pour présenter des recommandations précises sur les déterminants de la santé des enfants et plus précisément ceux qui ont une incidence sur les enfants de la naissance à cinq ans. Le Canada peut et doit faire partie des chefs de file mondiaux en matière de santé des enfants. Nos enfants ne méritent pas moins. Je vous remercie.
Documents
Moins de détails

Des normes nationales sur la qualité de l'air ambiant

https://policybase.cma.ca/fr/permalink/politique9252
Dernière révision
2015-02-28
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Résolution
GC08-82
L'Association médicale canadienne exhorte les gouvernements à adopter des normes nationales sur la qualité de l'air ambiant qui soient au moins aussi rigoureuses que la principale norme internationale.
Type de politique
Résolution de politiques
Dernière révision
2015-02-28
Date
2008-08-20
Thèmes
Santé des populations, équité en santé, santé publique
Soin de santé et sécurité des patients
Résolution
GC08-82
L'Association médicale canadienne exhorte les gouvernements à adopter des normes nationales sur la qualité de l'air ambiant qui soient au moins aussi rigoureuses que la principale norme internationale.
Text
L'Association médicale canadienne exhorte les gouvernements à adopter des normes nationales sur la qualité de l'air ambiant qui soient au moins aussi rigoureuses que la principale norme internationale.
Moins de détails

22 notices – page 1 de 3.